fbpx

Kai Greene

Kai Greene est un professionnel reconnu internationalement dans l’univers du bodybuilding. Cette icône du culturisme membre de l’IFBB ou Fédération internationale de bodybuilding et fitness doit sa cote auprès du public grâce à son physique impressionnant. Sa vie et son parcours n’ont pas toujours été faciles, mais il a quand même réussi un beau palmarès.

Kai Greene: un bodybuilder international

Sa jeunesse, son espoir, son changement

Kai Greene, un Afro-Américain d’origine Newyorkaise, voit le jour à Brooklyn le 12 juillet 1975. Il est mis sous tutelle à l’âge de six ans et change régulièrement de foyer et de famille d’accueil à son adolescence.

Kai Greene
Kai Greene a débuté sa carrière professionnelle à 19 ans.

Sa vie amorce un changement certain lorsque l’un de ses professeurs au collège remarque son physique et l’incite à pratiquer de la musculation. C’est de cette manière qu’il commence les tournois de bodybuilding malgré son jeune âge.

Kai Greene suit une formation à Brooklyn après quelques victoires dans la catégorie junior. Le jeune homme va alors évoluer dans le culturisme et devient professionnel auprès de l’IFBB à seulement 19 ans.

Ses mensurations

Kai Green s’est retiré de la compétition en 2013. Sa mensuration de l’époque était de :

  • Taille : environ 173 cm ;
  • Poids : environ 136 kg hors saison et environ 121 kg en compétition ;
  • Tour de poitrine : environ 148 cm ;
  • Tour de bras : environ 56 cm ;
  • Tour de jambes : environ 85 cm.

Son physique lui permet de figurer parmi les meilleurs lors des tournois organisés par la fédération internationale de bodybuilding. Sa plastique lui vaut notamment de remporter trois fois le tournoi Arnold Classic, en 2009, 2010 et 2016.

Ses débuts

Les mensurations de Kai Greene pendant son adolescence le démarquent des autres compétiteurs lors des tournois organisés pour sa catégorie. En effet, il était plus grand et disposait d’un corps plus large par rapport aux concurrents. Il saisit les opportunités pour montrer le fruit de son travail acharné et sa capacité naturelle.

Ses compétences lui permettent d’obtenir une carte professionnelle délivrée par la NGA American Nationals en 1994. Il participe alors à plusieurs compétitions durant les années 1990 avant de se retirer de la compétition pendant 5 ans. Cette période lui offre l’occasion d’enchainer les entrainements pour être au top lorsqu’il va revenir sur les podiums. En effet, il remporte la compétition Arnold Classique en 2009.

Kai Greene et le culturisme

Kai Greene voit le culturisme comme un art. Il considère ainsi un bodybuilder comme un véritable artiste qui réaliserait des travaux de sculpture. L’objectif de ce sportif, selon lui, serait de connecter le corps et l’esprit pour obtenir un résultat à la hauteur des attentes lorsqu’il travaille.

Ces deux éléments sont inséparables. Il encourage ceux qui sont dans ce milieu à se concentrer sur chaque muscle lors des exercices pour être plus performants. C’est le seul moyen, toujours d’après lui, de dépasser ses limites.

Cette vision du culturisme figure parmi les critères qui le différencient de ses homologues. Il apporte une réelle importance au langage interne c’est-à-dire à la pensée et aux mouvements exécutés. 

Le parcours de Kai Greene

Parcours en PNJ

Son entrée dans le PNJ est une étape importante dans son parcours étant donné qu’il se plonge alors un peu plus dans le monde du culturisme. Les séances d’entrainement deviennent alors plus intenses dans la mesure où les membres de ce groupe sont des athlètes professionnels avec des compétences de haut niveau. Il fallait disposer d’une performance égale ou supérieure à eux pour s’imposer.

Kai Greene
Kai Greene au Arnold Classic 2016.

Les trois premières années de Kai Greene dans la ligue étaient assez difficiles, car il avait du mal à atteindre le résultat recherché. Il arrive quand même à se faire un nom dans l’équipe en 1999 et est même considéré comme le futur champion. Il gagne d’ailleurs le championnat des équipes durant cette période de sa vie. Il décide quand même de faire une pause d’environ cinq ans la même année avant de revenir sur les podiums de New York en 2005. 

Ce come-back n’est pas vraiment fracassant dans la mesure où il se retrouve à la 14e place du tournoi auquel il participe. Il faudra attendre 2007 pour qu’il se retrouve de nouveau en tête de classement. C’est à 32 ans que Kai Greene obtient son premier titre dans le cadre d’une rencontre professionnelle, en l’occurrence la compétition Classique Shawn Ray Colorado Pro. S’ensuit une victoire à l’Arnold Classique. Il participera également à un tournoi majeur du bodybuilding, à savoir Mr. Olympia, mais il termine en seconde position (trois fois durant sa carrière). Pendant la première moitié des années 2010, il réussit à arriver à la première place pour sept spectacles, étant trois fois lauréat d’Arnold Classic. Il est définitivement considéré comme étant « The Predator ».

Palmarès

Les compétitions effectuées par le culturiste professionnel lui ont permis d’obtenir des beaux classements :

  • 1ère place : WNBF Worlds Naturelles Pro en 1996, PNJ équipe en 1999, Shawn Ray Colorado en 2007, New York Pro en 2008, Australian Grand prix Pro en 2009, Arnold Classic et Australian Grand Prix en 2010, New York Pro en 2011 ; Prague Pro EVL en 2013 ;
  • 2ème place : PNJ équipe en 1997, Monsieur Olympia et Sheru Classique en 2012, Monsieur Olympia ET Arnold Classic l’Europe en 2013 ;
  • 3ème place : Equipe PNJ en 1998, Keystone Pro Classic en 2007, Arnold Classic en 2008, Monsieur Olympia et Sheru Classique en 2011 ;
  • 4ème place : Monsieur Olympia en 2009.

Les programmes de Kai Greene

Entrainement

Comme tout bodybuilder qui se respecte, Kai Greene se focalise sur l’entrainement pour atteindre ses objectifs. Il fait en sorte d’effectuer des échauffements au début de chaque séance. Pour ce faire, il réalise des étirements qui durent une quinzaine de minutes. Toutes les parties du corps sont sollicitées.

Ses exercices sont expliqués dans son programme de musculation. A noter que le professionnel ne prend de jours de repos que lorsqu’il ressent une fatigue intense. Autrement dit, il sculpte son corps quotidiennement. Il déconseille toutefois les autres d’en faire de même car chaque organisme est différent. 

Il fait travailler chaque groupe musculaire du lundi au vendredi tandis qu’il réalise d’autres types d’exercice le weekend. Pour ce faire, il réalise des haltères, curls concentrés, curls pupitre, biceps et inversés.

Voici un calendrier type de Kai Greene en cinq jours :

  • 1er jour : jambes ;
  • 2ème jour : épaules et avant-bras ;
  • 3ème : dos ;
  • 4ème jour : mollets et pectoraux ;
  • 5ème jour : bras.

Exercices

Le dos de Kai Greene fait sa réputation sur les podiums de l’Olympia de 2009 à 2014. Cette partie de son corps gagne non seulement en largeur mais aussi en masse. Il est arrivé à acquérir ce volume grâce aux pratiques suivantes :

  • Faire des échauffements : pour une meilleure concentration avant les séances d’entrainement et une bonne circulation sanguine ;
  • Choisir les exercices en fonction des besoins physiques ;
  • L’importance du travail et non du poids des articles à soulever ;
  • Connecter l’esprit et le corps ;
  • Réaliser une contraction ;
  • Bien déterminer les mouvements ;
  • Maîtriser le temps ;
  • Voir l’évolution physique.

Régime alimentaire

Le maintien de la masse musculaire passe obligatoirement par un régime alimentaire spécifique. Kai Greene consomme quotidiennement environ 1,5 g de protéines pour un kilo de son poids. Son alimentation est riche en glucides complexes, des protéines maigres et des graisses saines.

Le culturiste affirme être 100 % naturel et ne consommer aucun produit du type Whey Protein, BCAA, Créatine ou même les complexes Omega 3. Il affirme aussi n’avoir jamais pris de stéroïdes durant toute sa carrière. Il suit deux modes de nutritions différents en fonction de la période. En temps normal, Kai consomme 5 grands repas par jour. Par contre, lorsqu’il prépare les compétitions, il prend 7 petits repas quotidiennement.

Présence et visibilité de Kai Greene et internet