fbpx

Que penser des tapis de course et de marche ?

La marche sportive et la course à pied, quoi de plus simple comme pratiques sportives ?

Seulement il n’est pas toujours possible de pratiquer en extérieur pour diverses raisons (sécurité, climat, relief, manque de temps etc.). Le tapis de course peut être une solution, il est très présent en salle de sport, parfois chez les kinés ou même chez certains particuliers qui s’offrent une machine pour pouvoir courir quelques soient les conditions.

Je vais tâcher dans cet article de vous parler des avantages et inconvénients de cette machine pour le marcheur et/ou coureur. J’en profiterai aussi pour vous parler de quelques séances types que l’on peut mettre en place sur un tapis pour progresser sans entrer dans les détails.

Les types de tapis de course

Il existe deux sortes de tapis de course, le classique électrique et le sprintbok qui par définition est un tapis de courses sans moteur. Le plus répandu est moins onéreux est le tapis de courses à moteur électrique que l’on trouve dans les salles.

sprintbok
Sprintbok

Tapis de courses électrique

En termes de budget il faut compter entre 179 € et près de 15 000 €.

Ces deux technologies différentes font que le geste sportif n’est pas non plus le même.

En effet, Un tapis motorisé (ce que j’appelle « électrique ») est un tapis qui roule tout seul grâce à l’énergie du moteur alimenté par le courant. Il suffit alors de suivre le rythme imposé par le tapis.
Un tapis mécanique n’a pas de moteur et encore moins de courant électrique (ou peut-être uniquement une pile pour le compteur). Il doit être entraîné par la force de l’utilisateur et la résistance à l’effort est assurée magnétiquement, exactement comme sur la plupart des vélos d’appartement.

Le travail de la cheville et musculaire ne va pas être pareil suivant qu’on utilise l’un ou l’autre. En effet sur le sol fuyant du tapis avec moteur, la cheville ne va pas travailler comme elle le ferait sur un tapis mécanique. (Les muscles stabilisateurs sont plus solliciter sur un tapis mécanique comme sur route par rapport à un tapis à moteur).

presentation-tapis-de-course.jpg.pagespeed.ic.p-fAvIHaQ2
Tapis de course électrique

Autres différences entre tapis de course et course sur bitume

  1. La pression exercée du pied sur le sol. En effet, sur tapis, c’est le mécanisme qui fixe l’allure et entraine vos jambes, le sol se déroule sous vos pieds. En course « outdoor » ou sur sprintbok c’est le contraire. Ce sont nos jambes qui avancent sur le sol et qui exercent une pression.
  2. La gestuelle : Sur tapis on a tendance en effectuer des petits sauts, alors que sur bitume on utilise la jambe arrière en poussé. D’ailleurs l’amplitude sur tapis est naturellement moins élevée.
  3. La dépense énergétique est également différente. En effet, courir à 15 km/h sur un tapis et moins sollicitant et exigeant que de le faire en extérieur.
  4. La cheville travaille moins sur un tapis toujours plat. Tandis qu’elle sera plus sollicité sur un terrain extérieur inégal.

Nous l’avons donc évoqué en début d’article, les contraintes météorologiques n’auront aucun effet sur l’athlète pratiquant sur tapis.

Pour des personnes ayant peu de temps pour s’adonner à leur loisir c’est une solution idéale. On en voit d’ailleurs très souvent dans les salles de sport et les hôtels hébergeant des personnes souvent overbookées.

Sur tapis de course, toutes formes de travail sont réalisables, que ce soit un travail en continue (footing, séances de récupération mais aussi séance d’endurance dite aérobie). Dans ce cas les intensités de travail sont comprises entre 60% et 80 % et la durée programmable varie entre 40 minutes et une heure bien souvent. Vous pouvez aussi jouer sur l’inclinaison du tapis.

Un entrainement par alternance d’allure est aussi possible sur tapis, même si je vous conseille de réserver vos séances d’entretien de la VMA en extérieur.

Les deux paramètres les plus importants à prendre en compte dans ce cas seront l’intensité et le temps de récupération.

Faire appel à un coach compétent est dans ce cas bien souvent utile car il pourra évaluer vos capacités et ainsi proposer un travail au seuil adapté.

L’idée étant, au départ d’un tel cycle de travail, d’augmenter progressivement le temps d’exercice ainsi que le nombre de répétition sur des intensités variant entre 80 et 90% de vos capacités. Les temps de récupération diminueront aussi progressivement. Au départ elles seront égales au temps de travail puis moitié du temps, puis jusqu’à 1/3 du temps de travail au seuil.

Il va de soi que la course à pied et la marche sportive en extérieure doit rester tout de même prioritaire et indispensable. Il n’en demeure pas moins utile de se doter d’un tapis de course et/ou de se rendre en salle. Je vous conseille d’ailleurs avant de décider d’en acheter un de vous rendre en salle quelques mois pour en ressentir les bienfaits mais également pour être convaincu que son emploi vous est plaisant et profitable. Trop de tapis prennent la poussière dans les tapis et les garages.

Le tapis vous permettra d’avoir des éléments précis de mesures, dépense caloriques, distance parcourue allure de travail, fréquence cardiaque pendant l’effort etc.

Ces données vous permettront de cibler au mieux vos séances.

N’oubliez pas que sur tapis, votre allure ne correspond pas à celle que vous adopterez pour une séance similaire en extérieur.

tapis de course incliné

Comme repère pour se rapprocher d’un travail équivalent, pour retrouver en d’autres termes le même degré de difficulté, il conviendra d’augmenter la vitesse sur tapis d’un km/h ou d’incliner le tapis de quelques degrés (2 à 5).

Comme pour une séance en extérieur et en prévention des blessures, une séance restera toujours composée d’un échauffement progressif d’une quinzaine de minutes, avec possibilité d’alterner bien sur entre marche et course. Montée progressive en température, puis un corps de séance qui ciblera vos objectifs, et enfin un retour au calme d’une dizaine de minutes nécessaire et important pour la récupération et l’oxygénation de vos muscles.

Dernier point pour les débutants ou les personnes désireuses de s’observer courir, le tapis de courses sera l’outil idéal. De plus en plus de magasins de sport et de salles se dotent de caméra pour que vous puissiez vous observer et corriger ainsi votre posture.