fbpx

Les bienfaits de l’huile de poisson

L’huile de poisson est devenu un complément alimentaire comme un autre. On vante ses mérites à la télé et on redécouvre les bienfaits que connaissaient nos grand-mères. Elles, elles savaient déjà que l’huile de poisson et d’autres plantes favorisaient la résistance du corps aux éléments extérieurs ainsi qu’à l’usure du temps. Voici donc un article qui vous livre tous les bienfaits qu’on peut lui trouver pour le sport.

L’origine de l’huile de poisson

Bien qu’elle fasse aujourd’hui partie des compléments alimentaires les plus vendus en France, on ne sait pas toujours d’où elle provient. Bien sûr, son nom laisse à penser et fait que son origine coule de source. Et pourtant, tous les poissons ne se valent pas, ni même la forme sous laquelle on peut la consommer.

huile de poisson en capsules
L’huile de poisson est un complément intéressant pour les sportifs qui veulent prendre soin de leur corps.

Il faut savoir que l’huile est un sous-produit issu de la pêche. Cette industrie pêche des tonnes de poisson dont elle va prélevé les « beaux » morceaux pour la vente. C’est le poisson qu’on retrouve typiquement sur les étales. Mais il reste aux industriels de nombreux restes, des carcasses, des entrailles, etc. Bien sûr, une partie peut partir en soupe de poisson, en aliments pour animaux (farine, etc.), mais aussi en huile.

Ce dérivé valorisé est vendu sous diverses formes, que ce soit liquide ou sous forme de capsules. Dans l’ensemble, les produits se valent tant qu’on vérifie bien la teneur sur les étiquettes. Et ce qu’on y retrouve, ce sont des oméga 3 EPA et des DHA (acide eicosapentaénoïque) et (acide docosahexaénoïque).

 Pour les vegans, il est également possible de bénéficier de ces bienfaits en trouvant une source végétale. En effet, il existe un précurseur de l’EPA d’origine végétale. Cela signifie que des plantes (le lin, l’huile de colza, etc.) possède des molécules que le corps humain peut utiliser pour produire de l’EPA, plutôt que de le digérer via une alimentation carnée. Par contre, ces sources sont trop pauvres pour couvrir correctement les besoins nutritionnels quotidiens.

Une source en oméga 3 pour les sportifs

L’huile de poisson est très riche en oméga 3 (EPA et DHA), et cela permet au corps de puiser ses besoins quotidiens dans cet apport complémentaire.

De plus, avoir un taux d’oméga 3 correct permet de mieux entretenir le corps et l’esprit avec de multiples bienfaits indirects, comme la protection contre les maladies cardiovasculaires, par exemple. Mais on peut aussi parler de la réduction du cholestérol, la prévention de démence ou de maladies mentales, etc.

De plus, c’est également une source de vitamine A. D’ailleurs dans les années 40 et 50, de nombreux enfants avaient pour habitude de prendre une cuillerée d’huile de foie de morue pour être en bonne santé. Aujourd’hui, des études ont démontré que ces huiles étaient trop riches en vitamine A et que cela pouvait avoir un effet néfaste sur la santé, d’où l’apparition d’alternative.

Une huile pour réduire le cholestérol

Tout comme la consommation de poissons gras, l’ingestion d’huile a un effet positif sur le cholestérol et aide à réduire le taux de triglycérides dans le sang (les mauvaises graisses).

Les omégas contenus dans la chair (de saumon, de thon, etc.) ou de l’huile permet d’améliorer le niveau du cholestérol « sain » (le HDL) au détriment du mauvais cholestérol.

source oméga 3
Consommer du poisson gras a un effet aussi bénéfique que la prise d’un complément alimentaire.

Une protection pour le cœur des sportifs

Les maladies cardiovasculaires ont connu un pic ces dernières décennie. Bien souvent, la cause se trouve dans notre alimentation ou notre mode de vie. On parle alors de maladie de civilisation…

Consommer des oméga 3 sous forme d’huile ou autre permet de mieux protéger le cœur lors de l’effort et d’ainsi diminuer les risques.

Comme le niveau de cholestérol baisse dans l’organisme, le cœur est en meilleure santé. Mais surtout, la disparition du mauvais cholestérol permet de diminuer les inflammations des parois veineuses et artérielles. Ce sont ces inflammations qui finissent par provoquer un AVC ou un l’apparition de caillots. Donc des accidents liés à l’éventuelle augmentation du rythme ou du métabolisme chez le sportif.

Permet de renforcer les os

Il semblerait que l’huile de poisson aide à assimiler le calcium et en retienne également plus. D’une part, le corps fixe mieux le calcium qu’il trouve dans l’alimentation. D’autre part, il en élimine moins dans les urines. C’est donc un complément idéal pour celui qui veut gérer sa masse et limiter les pertes lors de cures.

La prévention de maladies mentales

De nombreuses recherches sont menées sur le sujet, avec comme hypothèse que la consommation d’oméga 3 a un impact sur le déclenchement ou non de maladies mentales (Alzheimer,démence, schizophrénie, etc.). Une consommation régulière viendrait retarder l’apparition des premiers symptômes.

Cependant, aucune étude n’a pu le démontrer avec certitude jusqu’à présent.

Le mauvais point de l’huile de poisson

Comme toute chose, il y a un côté pile et un côté face. Et comme les capsules et autres compléments sont rarement issus  d’une seule et même sorte de poisson, le consommateur se retrouve devant un mélange. De fait, difficile de connaître la composition exacte de ce qu’on ingère ; et donc de prévenir les éventuelles allergies. C’est pourquoi, il est déconseillé aux personnes souffrant d’une allergie aux crustacés ou à certains poissons d’en consommer.

Un autre effet négatif, c’est son interaction avec certains médicaments, comme les anticoagulants, qui résulte en une fluidification plus importante du sang. Pour les fans de musculation, un accident peut alors vite devenir dramatique.